P1030560

La 2ième circonscription entre en campagne

 

La salle des fêtes de Sainte-Gemme-Moronval accueillait ce samedi 28 janvier, la galette des rois de la 2ième circonscription. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’invitation de Christelle Minard, déléguée de cette circonscription et conseillère départementale, a fait écho chez les militants, puisqu’ils  furent 170 à s’y retrouver. Rien d’étonnant finalement, puisque, comme l’a rappelé Christelle Minard, cette circonscription est la première en terme d’adhérents sur l’Eure-et-Loir : 630, a-t-elle confirmé sur les 1 700 environ recensés sur le département.

Les militants ont également eu la chance d’être accueillis par Christine Goimbault, secrétaire départementale LR et conseillère régionale, en présence de conseillers départementaux : Evelyne Lefebvre, Sylvie Honneur, Florence Henri, Gérard Sourisseau et Jacques Lemare. Tous attendaient bien sûr l’intervention d’Olivier Marleix, député-maire d’Anet et Président des LR 28. Dans un premier temps, il a décrit le sentiment de délitement moral dans lequel évolue notre pays, le rejet des institutions, en en attribuant la paternité à François Hollande « qui a toujours été dans les petites combines et la tromperie ».

« Nous devons rester solidaires »

Allusion à ses célèbres anaphores, Olivier Marleix a rappelé l’une d’elles : « Moi, Président, je m’engage à maintenir les dotations aux collectivités locales…Dans la réalité, il les a réduites d’un tiers ». De ce désarroi général, Marine Le Pen, Mélenchon et Marc semblent aujourd’hui tirer profit. Olivier Marleix de cibler, à ce propos, les médias. « Depuis, 30 ans, les moyens de communication ont été totalement bouleversés.  Fini le temps des analyses poussées et de l’information vérifiée. Place aux tweet, aux chaines d’infos en continu, à l’instantanéité,  avec comme conséquence le fait que la dernière déclaration de Marine Le Pen prend la même importance qu’une découverte scientifique fondamentale », a-t-il développé.

Dans ce contexte, l’engagement militant, avec ce devoir d’explication en direction de nos concitoyens, prend tout son sens. C’est notamment le cas avec l’histoire créée autour de François Fillon. « A chaque présidentielle, on ressort des scandales ou de pseudo-scandales » a expliqué Olivier Marleix, avant de poursuivre : « Ce qu’on lui reproche est injuste, jette le trouble alors qu’il s’est lui-même placé sur le terrain de la morale. Pourquoi cela sort maintenant ? ». Pour le Président des LR 28 : « Nous devons rester solidaires ».

Macron, dernier avatar du Hollandisme.

Face aux militants, il ne pouvait manquer l’occasion de cibler Emmanuel Macron qualifié par ses soins de dernier avatar du Hollandisme. « Soyons clairs » a fustigé Olivier Marleix : « François Hollande a beaucoup de défauts, et le principal à mes yeux est l’échec profond de sa politique économique ».

Aujourd’hui, a-t-il énuméré à ce propos, la France compte 1 millions de chômeurs de plus depuis 5 ans, et 50 milliards d’impôts supplémentaires. « Et qui fut l’instigateur économique, si ce n’est Macron » a martelé le Président des LR, qui n’a pas manqué de rappeler que le leader d’En Marche avait co-écrit le célèbre discours du Bourget « Mon ennemi, c’est la finance.. » lui qui émargeait confortablement à la banque Rothschild. « Avec Macron, la France n’a pas besoin d’un imposteur de plus » a conclu sans ambiguité Olivier Marleix. Une rentrée sous le signe de l’offensive dans la 2ième circonscription. La campagne est bel et bien lancée.

P1030556