actu5-PHOTO-1-Saint-Georges-crop

Le numérique, une chance pour notre territoire

Les républicains d’Eure-et-Loir ont donné, jeudi 28 avril, à Saint-Georges-sur-Eure, le coup d’envoi d’une série de réunions thématiques. A Saint-Georges, il était question d’ubérisation de la société, avec pour invité, Davis Lacombled, directeur délégué à la stratégie des contenus chez Orange, et Président du Think Tank « La Villa Numéris. En guise d’introduction, Laure de La Raudière députée LR de la 3ième circonscription d’Eure-et-Loir, spécialiste du numérique (qui vient de lancer une plate-forme de débat sur cette question en vue de la présidentielle de 2017), a rappelé les enjeux.

« Qu’est-ce que le temps de travail pour quelqu’un connecté en permanence ? »

Selon elles, les élus ne prennent pas suffisamment en compte  des évolutions numériques qui vont bouleverser des tas de secteurs comme les politiques publiques,  l’approche des questions de santé, ou le monde du travail. Elle a cité à ce propos la loi El Khomri qui néglige le numérique. « Qu’est que le temps de travail pour quelqu’un qui est connecté en permanence ? » a interrogé Laure de la Raudière. De son côté, avec des mots simples,  David Lacombled a emmené l’auditoire, venu nombreux, dans un formidable voyage au cœur du numérique, de ses réalités aujourd’hui et demain. Il a décrit l’accélération du temps qu’offrait la révolution numérique, ces décideurs qui doivent réagir dans l’instant, cette fenêtre ouverte sur le mode, le rôle des réseaux sociaux,  les incidences sur une classe politique sans cesse sur le qui-vive et qui se renouvelle plus vite compte de la pression médiatique, etc.

A l’entendre, l’accélération est en cours avec l’arrivée des imprimantes 3 D. En matière de santé, par exemple on pourra fabriquer en un instant une valve cardiaque ou pulmonaire pour traiter une urgence vitale. Les prothésistes dentaires vont pouvoir fabriquer eux-mêmes les appareils dentaires. « Il n’y a aucun secteur qui ne soit impacté par le numérique. Tous doivent l’anticiper et s’y préparer » a-t-il témoigné citant les secteurs du tourisme, des transports, demain la banque, l’assurance, etc. David Lacombled est conscient d’une certaine fracture avec ceux qui subissent les zones blanches et des difficultés dans les usages.

« Un des enjeux de la campagne électorale à venir »

Il a aussi délivré un message d’espoir car dans un monde qui s’accélère, il y a réellement à l’entendre « Une French Touch ». La France compte tenu de son histoire et de ses atouts, peut donner du sens à cette révolution. « En Chine, on construit un opéra par semaine, et la marque France avec l’Opéra de Paris est un concept qui s’exporte bien. On l’a bien vu avec l’ouverture d’un Louvre bis à Abou Dhabi » a détaillé David Lacombled. La France à une carte à jouer, à condition a-t-il dit, d’exprimer une vision et de s’y tenir. « Ce sera un des enjeux de la période électorale à venir » a-t-il poursuivi, s’inquiétant, au passage  de la multitude des filières d’excellence propre à cette révolution en France, alors qu’il n’en existe qu’une par exemple en Israël.

Laure de la Raudière a profité de cette soirée pour annoncer la réflexion avancée du Département pour la création d’un lieu propre à l’innovation en Eure-et-Loir qui aurait pour vocation d’assister les gens face à la dématérialisation des actes, à accueillir un espace de coworking et un Fablab avec par exemple une imprimante 3 D accessible à tous. En fin de réunion, Olivier Marleix, Président des LR 28, a replacé  les échanges sur un terrain plus politique, en revenant sur l’importance de telles soirées  afin que les semaines à venir ne soient pas exclusivement tournées vers les Primaires,  et que le débat d’idées ait toute sa place.

PHOTOS 2 Saint-Georges