WAUQUIEZ 8

Grosse affluence à la fête des LR 28

À l’initiative d’Olivier Marleix, Président des Républicains d’Eure-et-Loir, et député de la 2e circonscription d’Eure-et-Loir, les LR 28 se sont retrouvés ce samedi 16 septembre, à Achères, pour une journée qui se voulait une fête, mais qui s’est révélée avant tout studieuse.

Près de 250 militants ont ainsi répondu à l’invitation d’Olivier Marleix et de la Secrétaire départementale, Christine Goimbault. Il est vrai qu’ils étaient tous impatients d’entendre le message délivré par Laurent Wauquiez, candidat à la présidence du parti et invité de la fête. Après des mois d’interrogations suite aux revers enregistrés à la présidentielle puis aux législatives, il était important que les militants libèrent leur parole dans un premier temps. C’est d’ailleurs le cas dans toutes les fédérations, à travers une initiative baptisée « Les Ateliers de la refondation ».

Un Laurent Wauquiez très offensif

Pendant près de deux heures, militants et élus, ont ainsi pu s’exprimer et échanger sur les raisons des défaites, sur la vie interne des LR, les valeurs de la droite, et formuler un certain nombre de propositions. Des propositions qui remonteront vers le siège pour une synthèse nationale rendue publique avant l’hiver.

De son côté, Laurent Wauquiez a distillé un discours très offensif. Il a relayé les inquiétudes de beaucoup sur la disparition des contrats aidés, la baisse des APL, les menaces sur les dotations aux collectivités, et la fin programmée de la taxe d’habitation.

Après avoir fustigé ceux qui ont quitté le navire pour des postes ministériels, il a surtout lancé un vibrant plaidoyer pour le retour d’une droite affichant ses valeurs. Il a beaucoup été question dans ses propos de liberté, de mérite et de travail. Il a d’ailleurs déploré que la loi travail ne soit pas allée assez loin.

Dans sa conclusion,  Laurent Wauquiez n’a pas caché qu’il souhaitait une mobilisation massive des militants dans son sillage, lors du scrutin des 10 et 17 décembre, pour que les LR redeviennent la première force d’opposition.