Faisons bloc derrière François Fillon

image_content_general_19874744_20151228223650

La primaire est aujourd’hui derrière nous, et la victoire de François Fillon ne souffre d’aucune contestation. Même si je comprends la déception de ceux qui avaient un autre champion, notre Fédération est désormais en ordre de marche derrière lui.

Pour ma part, vous le savez, je soutenais Nicolas Sarkozy . Sa forte personnalité, son énergie, son diagnostic de l’Etat de France et surtout ses propositions,  étaient de nature à provoquer ce sursaut, ce renouveau, dont notre pays a tant besoin. Acceptant le verdict des urnes au soir du premier tour de la primaire,  chacun a d’ailleurs salué sa dignité, et sa sincérité à soutenir sans réserve François Fillon.

Le succès de la primaire avec 4 millions de participants, crée incontestablement  une dynamique et une légitimité en faveur de François Fillon. Sans surprise et sans tarder, les caricaturistes ont changé de cible. Il nous faut aujourd’hui faire corps autour de François Fillon pour l’aider à défendre et à expliquer son projet pour le redressement de la France.  Pour moi, le soutenir est naturel,  c’est rester fidèle à Nicolas Sarkozy… sans Nicolas Sarkozy, puisqu’il en a été le Premier ministre pendant cinq ans.

Cette exigence d’unité est essentielle face au désordre qui caractérise la gauche. Nous avons un Président de la République, contraint d’abdiquer avant la fin de son mandat, du jamais vu sous la Vième République. Un Premier ministre qui improvise un départ en campagne pour refaire son retard face à deux anciens ministres de l’économie. Sans parler d’une moitié de la majorité parlementaire qui s’échine à lui inventer un challenger en la personne de Vincent Peillon.

Je le répète,  quels que soient nos états d’âme, et nos sentiments -l’affection est légitime en politique-  il nous faut redresser la France dans le sérieux, et sans amateurisme. C’est pourquoi, nous devons faire  bloc autour de François Fillon.

Olivier Marleix,

Député de la 2ième circonscription d’Eure-et-Loir

Président départemental des Républicains.

OLIVIER MARLEIX

La primaire ne doit pas être une bataille d’égos mais tournée vers les Français

Depuis janvier et les élections internes à notre mouvement, nous avons mis en place une nouvelle équipe, organisé et programmé un certain nombre d’événements et créé, à l’instar de ce site internet, de nouveaux outils de communication. Deux premières rencontres ont été consacrées à l’Uberisation de la société et à la sécurité,  et ont tenu toutes leurs promesses. Dans quelques semaines, vous le savez, viendra le temps de la primaire. Elle désignera celui ou celle qui portera nos idées et nos valeurs lors de l’élection présidentielle, le moment le plus important de notre vie démocratique.

La primaire n’est pas ma tasse de thé, j’ai plutôt la culture du chef, mais qu’importe, elle est là, puisque telle est la décision du Bureau politique des Républicains. Une règle du jeu a été arrêtée pour qu’elle se passe le mieux possible, et que l’on ne parte pas dans tous les sens.  Cette primaire aura au moins comme vertu de nous emmener unis vers la Présidentielle. C’est l’objectif. En attendant, faisons en sorte qu’elle ne cantonne pas à une bataille d’égos.

Pour certains médias, qui sombrent vite dans la caricature, le débat serait légitime à gauche où elle signifierait une riche confrontation d’idées, alors qu’à droite, elle ne serait que querelles intestines. Nous devons les faire mentir, et faire de ce temps celui de l’échange, afin qu’émergent des propositions concrètes pour faire sortir la France de l’ornière. C’est ce que veulent les Français.

Les candidats à la Primaire devront remplir cette mission. Bien sûr, chacun aura son champion. C’est tout à fait légitime. Je le constate s’agissant des parlementaires, et cela ne nous empêche pas de travailler ensemble. Comme je le répète souvent lors des réunions, et cela n’a rien d’une pirouette : « Quel que soit celui ou celle qui sortira de cette primaire, il sera toujours meilleur que François Hollande ».

Olivier Marleix,

Député de la 2ième circonscription d’Eure-et-Loir.

Président départemental des Républicains

olivier_marleix

Olivier Marleix écrit aux militants

Lors des élections internes à notre mouvement, vous m’avez élu Président des Républicains d’Eure-et-Loir. Je vous remercie de votre large confiance et vous assure de mon enthousiasme pour animer notre famille politique à la veille d’échéances majeures. Nous allons d’abord bâtir une nouvelle équipe départementale.

Je tiens à remercier Daniel Guéret, qui a présidé le Comité Départemental pendant de nombreuses années et a su y ramener une certaine paix que nous n’avions pas toujours connue. Je veux aussi rendre un hommage tout particulier à Josette Philippe, qui a souhaité abandonner ses fonctions de Secrétaire départementale après 40 années d’un engagement militant exceptionnel.

J’ai proposé à notre Président, Nicolas Sarkozy, la nomination de Christine Goimbault comme Secrétaire départementale. Chacun connait la solidité de l’engagement de Christine, femme de terrain, maire de Saint-Georges-sur-Eure depuis 2001, présidente d’un syndicat professionnel d’infirmières et chef de file départemental des Républicains lors des élections régionales.

Quatre nouveaux délégués de circonscription ont été élus. Ils sont vos référents directs : Alain Boiret pour la 1ière circonscription, Christelle Minard pour le 2ième circonscription, John Billard pour le 3ième circonscription et Marc Langé pour la 4ième circonscription.

Nous allons vous proposer une nouvelle méthode pour faire vivre notre mouvement en Eure-et-Loir. Un site et une page Facebook « Républicains 28 » vont être créés pour vous permettre de retrouver par vous-mêmes toutes les actualités des Républicains en Eure-et-Loir. Une adresse internet « lesrepublicains28@gmail.com » vous permet désormais de nous adresser des messages et toutes demandes de renseignements argumentaires…etc.

Enfin, nous allons bâtir un calendrier de manifestations, notamment de rencontres thématiques régulières, qui tourneront dans le département mais seront ouvertes à l’ensemble des adhérents et sympathisants des quatre circonscriptions.

Nous allons nous efforcer de préparer la primaire avec sérénité, sans oublier que notre objectif, au-delà de cette étape, est de gagner l’élection présidentielle. Légitimiste par tempérament, je n’ai qu’un enthousiasme modéré pour cette primaire. Mais puisqu’elle doit avoir lieu, organisons-là de la manière la plus constructive possible. Nous devons tout faire pour ne pas donner aux Français -dont on connaît aujourd’hui le scepticisme envers la politique- le sentiment d’un exercice « autocentré » voir « égotique ».

N’oublions pas qu’une élection n’est jamais gagnée d’avance et si une leçon peut être tirée des élections régionales, c’est que malgré l’impopularité de Français Hollande, le PS, seul, conserve un socle autour de 23%. Le total des voix de droite et du centre frôle les 27%, et le FN réalise 28. Cela signifie qu’aucun parti, ni aucun candidat, n’est aujourd’hui assuré de sa qualification pour le second tour.

Je m’efforcerai donc qu’en parallèle de la campagne des différents challengers à la primaire, nous organisions, en Eure-et-Loir, des manifestations d’unité autour de notre projet politique.

Ensemble, nous allons nous donner toutes les raisons d’être fiers d’être Les Républicains !